Les cactus en intérieur c’est tendance !

Et surtout facile à entretenir.

En général, les cactus poussent dans le désert et adorent les milieux chauds et secs, mais ce peuvent également être d’excellentes plantes d’intérieur. Ils sont assez faciles à maintenir en intérieur, ce qui les rend parfaits pour les personnes qui débutent en jardinage et en font de très bons cadeaux. Pour cultiver des cactus vigoureux à l’intérieur, il faut leur fournir beaucoup de soleil, éviter de trop les arroser et utiliser de la terre adaptée.

De part leurs formes graphiques, ils s’accordent parfaitement à nos intérieurs.

Remplissez le pot d’un substrat de culture pour cactus. Ces plantes ont besoin de pousser dans une terre au drainage très rapide. Prenez donc du terreau formulé exprès pour les cactus. Pour améliorer encore plus le drainage, mélangez deux volumes de terreau pour cactus avec un volume de petits cailloux de pierre ponce ou de perlite.

Arrosez le cactus environ une fois par semaine ( petite quantité) pendant la période végétative ( printemps et été). Si vous lui donnez trop d’eau, vous pourriez le tuer. Lorsque la terre dans le pot est sèche au toucher, arrosez-la

Si la terre est encore humide, ne l’arrosez pas encore, car la plante risquerait de pourrir et de mourir.

En hiver, une fois par mois suffit.

Dernier petit conseil, les cactus adorent être sortis dehors dès la fin des gelées ( au mois de mai dans notre région) et rentrés courant voir fin octobre. Bien  ce soit des plantes qui adorent le soleil, il ne faut pas les mettre de suite en exposition ensoleillée  car ils ont passé l’hiver à l’abris des UV, ils risqueraient de sérieuses brûlures. Donc les premières semaines il faut les maintenir en mi-ombres à l’abris des courants.

L’arrosage automatique

L’arrosage automatique.

Qui arrose vos plantes, fleurs, pelouse et arbustes pendant les vacances? Et comment arroser automatiquement ses pots sur un balcon ou une terrasse sans électricité (prise de courant) ?

Toujours la même question qui revient… comment je vais arroser mes pots de fleurs, mon jardin pendant les vacances… vous avez essayé toutes les astuces d’arrosage mais vous n’êtes pas convaincu…

Il faut installer pour quelques dizaines d’euros un système d’arrosage automatique en micro irrigation pour vos pots et votre jardin.

Pour la pelouse c’est un peu plus conséquent, là il faut installer un arrosage automatique enterré ou pour les plus petites surfaces un arroseur type oscillateur multi buses avec un programmateur.

Quel bonheur de rentrer et de retrouver votre pelouse, vos plantes plus belles que quand vous êtes partis. Les solutions sont assez simples et peu onéreuses.

Vos plantes comprennent vite que l’eau arrive en même quantité aux mêmes moments. Elles vont rentrer ces données dans leur métabolisme donc plus de stress hydriques ( trop ou pas assez d’eau).

Il existe maintenant des systèmes qui se vidangent automatiquement.

Sinon, branchez en mars pour déconnecter en novembre en augmentant le rythme ou la quantité à l’approche de l’été. Certains programmateurs gèrent ces facteurs.

Les Hortensias en pot, une réussite.

Les hortensias ont besoin d’une période froide pour pouvoir fleurir par la suite. C’est ainsi que l’on retrouve dès la Saint Valentin des hortensias fleuris chez les pépiniéristes ou les fleuristes. Ce sont des plants qui ont été mis en chambre froide dès le mois d’octobre précédent.

  • Lorsque vous achetez votre hortensia en pot, il est important de le conserver bien à la lumière pour que la floraison prenne toute sa teinte.
  • Il existe trois couleurs principales : le rose, le bleu et le blanc. Le rose et le bleu sont des couleurs que l’on peut retrouver sur un même pied. Ces deux couleurs seront conditionnées par la nature du sol. Un sol acide donnera une floraison bleue alors qu’un sol au PH neutre vous offrira une floraison rosée. Vous pouvez utiliser un engrais spécial plantes acides et remettre régulièrement du fer 
  • Penser à tuteurer les hortensias vendus en pot dont la floraison épanouie pèse au bout des branches.
  • Les hortensias préféreront une exposition mi-ombre.
  • Une fois les fleurs fanées, attendre fin février et  couper juste au dessus d’une paire de feuilles, en dessous de la fleur et placer l’hortensia dans un pot dans une terre acide à neutre de préférence, à l’ombre ou la mi-ombre.
  • Jusque -10° pas besoin de protéger, au delà mettre à l’abris ou voiler. 

Pourquoi les Aromatiques BIO ?

Parce que ces herbes vont être consommées très rapidement après achat. Les aromatiques non bio ont besoin de temps pour éliminer les produits utilisés pour leur culture.

Basilic

 

La différence avec des plantes cultivées en agriculture conventionnel commencent avec  les semences, les graines. Les non bio sont enrobés avant la plantation, herbicide, fongicide, divers bains de pesticides visant à optimiser la vitesse de croissance, la résistance et la production. Ensuite divers engrais de synthèse issus de la chimie sont utilisés ainsi que des traitements.

En agriculture biologique, surtout en label AB, les normes sont draconiennes.

Variez les plaisirs gustatifs en semant plusieurs espèces.  Pour les plus grandes, comme le laurier-sauce et le romarin, un seul pied suffit. Mais pour la menthe, la sauge, le thym ou encore le basilic, prévoyez au moins deux ou trois plants, et de préférence des variétés différentes. Utiliser un terreau utilisable en agriculture biologique. Semez généreusement les végétaux les plus employés comme le persil, le cerfeuil et la ciboulette afin de ne pas en manquer. Ne pas oublier l’engrais organique de temps en temps.

Toutes ces plantes se répartissent en trois catégories.

  • Les méditerranéennes (le thym, la sauge, la sarriette et le romarin) sont adeptes de soleil, de chaleur et d’un sol bien drainé, plutôt sec et pauvre.
  • Le cerfeuil, le persil et la menthe, préfèrent la mi-ombre et un sol riche, toujours frais, même en été.
  • Le basilic, l’estragon, la ciboulette, le laurier-sauce ont quant à elles des besoins intermédiaires : du soleil, mais aussi un sol plutôt riche et frais.

Pour les réussir, respectez donc leur besoin et récoltez-les fréquemment, à partir du moment où elles sont bien installées.

Bon appétit !

Taille et entretien de la Lavande

Plantation de la lavande 

La lavande pousse partout en France et dans les pays dont le climat est proche à condition de bénéficier d’un maximum d’ensoleillement.Il est recommandé de planter à l’automne, mais vous pourrez sans problème la planter au printemps.

Réservez lui un endroit bien ensoleillé et un sol bien drainé. Si votre terre est très argileuse, mélangez là avec du sable pour l’alléger ou de la terre végétale secret vert. Elle s’adapte parfaitement aux régions aux hivers rudes.

 

Déco du Jardin - Lavande

Préférez les variétés Hidcote, Deutch… Attention la lavande papillon gèle à partir de -8°.

Il arrive parfois que l’on voit des lavandes qui meurent après quelques semaines car le sol est trop humide c’est pourquoi il est impératif d’avoir une terre très bien drainée.

Pour la réalisation d’une haie de lavande, plantez un pied tous les 30 à 40 cm.

 

Sur les jeunes plants, couper les tiges défleuries

Lavande : couper les tiges, rabattre les branches - Rustica

Sur les jeunes plantes, la première année et en avril-mai, couper les tiges défleuries le plus près possible de leur base, puis rabattre les branches de la moitié de leur longueur pour provoquer le départ de nouvelles pousses qui viendront épaissir la touffe.

Tailler les conifères en nuages

 

 

Le Niwaki, autrement dit la taille des arbres en nuage, requière de nombreuses d’années pour parvenir à une forme définitive digne d’un jardin « zen ». Un arbre taillé en nuage d’une dizaine d’année avoisine ou dépasse les 1000 euros. Rien ne vous empêche de former vous-même un conifère en nuage à condition qu’il ne s’agisse pas d’un arbre érigé.  Choisir des conifères dont les rameaux partent naturellement à l’horizontal comme les junipérus, le pinus, le taxus et le cupressus et notamment le cyprès de Leyland vendu en nombre pour réaliser des haies. A tronc unique, le cupressus leylandii est doté d’un feuillage vert légèrement doré et de rameaux qui poussent de façon horizontale. C’est pourquoi, il se prête facilement à la taille en nuage.

Lors de la taille, utiliser des outils désinfectés et affûtés.

  • Commencer par sélectionner et dégrossir les branches qui porteront les futurs nuages de telle manière à aérer sa structure.
  • Les branches entre-deux sont coupées au ras du tronc ainsi que les branches indisciplinées ou mortes.
  • Émonder les branches qui porteront les futurs nuages à 20 cm du tronc.
  • Puis couper de moitié les feuilles en écaille. Ce cupressus en début de formation peut-être planté en pleine terre ou rempoté dans un plus grand pot.

Compter une  dizaine d’année pour obtenir un conifère en nuage comme ce juniperus virginiana autrement dit un genévrier de Virginie qui nécessite une seule taille par an et de préférence en automne en dehors des périodes de pluie.

La taille d’entretien permet de remodeler le Niwaki sous sa forme initiale, c’est-à-dire en nuage en forme d’assiette.

  • Commencer par dénuder le tronc et les branches qui portent les nuages en retirant les jeunes pousses de l’année. Ce petit déshabillage doit être fréquent pour éviter les cicatrices.
  • La deuxième phase consiste à dégager les brindilles indisciplinées sous les nuages afin de donner une ligne pure. La lumière traverse les étages pour que le plateau du dessous ne soit étouffé par celui du dessus et ainsi de suite. Un manque de lumière et d’air favorise le dépérissement du feuillage.
  • Prendre un peu de recul et observer le Niwaki. Avec une cisaille désinfectée à l’alcool et affûtée, rafraîchir les nuages en forme de plateau. La coupe doit être nette et sans bavure, le geste sûre et ferme.

Mieux vaut s’y prendre en deux fois plutôt que de tailler à l’aveuglette. Les nouvelles pousses sont taillées de moitié et pas plus. D’où l’intérêt de ne pas attendre plus d’une année en deux coupes.
Ainsi votre conifère taillé en nuage pourra vivre une éternité placé dans un jardin « Zen » à condition qu’il soit arrosé régulièrement et nourrit en période de végétation avec un engrais organique adapté aux conifères.

 

 

 

 

La protection des plantes l’hiver.

 Les plantes méditerranéennes et d’orangerie.

Les lauriers rose, pélargonium, bananier, palmier, oiseau-du-paradis, bougainvillée, agrume, lantana…. Protégez-les au moment des premières gelées (mi-octobre, mi-novembre). Rentrez celles en bac dans un local frais et aéré comme un garage ou une cave, avec un peu de lumière voir beaucoup.

Profitez pour mettre de l’engrais organique.

Les cactus : à rentrer très tôt (en même temps que les plantes tropicales) dans une pièce fraîche et lumineuse de préférence.

Les autres plantes gélives : géraniums, fuchsias, daturas, les bulbes d’été…

N.B. : Pour toutes ces plantes, l’arrosage sera limité au strict minimum pour maintenir une très légère humidité, voir absent comme pour les cactus.

 

 

Les arbustes gélifs.
Entourez le tronc d’un paillasson épais (jonc tressé, roseau, paille de segle ou de riz…), maintenu par des liens. Recouvrez la frondaison d’un voile d’hivernage (double épaisseur pour les plantes les plus sensibles au froid).

Les arbres fragiles comme l’olivier ou le bananier en zone froide (où la température est inférieure à -5°C en hiver).
Ils doivent être entièrement protégés du froid. Ainsi, on entoure les branches d’un voile d’hivernage que l’on ficelle pour maintenir en place, de même autour du tronc, on attache une bande de toile de jute ou une bande de bruyère. Et au pied de l’arbre, un épais paillage protégera les racines. Pour les plus grands sujets, aidez-vous d’une armature pour poser le voile d’hivernage.

Les plantes en pot

Rentrez les plantes les plus frileuses cultivées en pot dans un local maintenu hors gel, frais (environ 10°C), aéré et bien éclairé. Pour leur éviter un choc thermique, rentrez-les avant les premiers froids, lorsque l’écart entre les températures extérieures et inférieures est faible.

Si vous n’avez pas de véranda, serre ou autre abri où les rentrer, mieux vaut les laisser à l’extérieur. Elles réussiront plus facilement à y passer l’hiver que dans un intérieur trop chauffé pour elles. Voici quelques clés :
₋ Rapprochez les pots du mur ;
₋ Mettez-les dans un coin à l’abri des vents froids d’est et du nord ;
₋ Surélevez les pots pour qu’ils ne soient pas en contact direct avec le froid du sol ;
₋ Enveloppez les contenants les plus fragiles avec du papier journal, du plastique à bulles ou des plaques de polystyrène expansé, qui assurent un bon isolement (ces enveloppes doivent toucher le sol pour créer un matelas d’air sous le pot). Protéger les contenants du froid, c’est protéger les racines ;
₋ Recouvrez-les plantes d’un voile d’hivernage (2 à 3 épaisseurs selon la fragilité de la plante) ;
₋ Paillez au pied des plantes en pot et assurez-vous que le paillage ne puisse pas s’envoler.

Un jardin méditerranéen en Champagne, c’est possible !

Jardin Mediterranéen

On adore les plantes méditerranéennes : elles nous rappellent la chaleur et le soleil du sud de la France, nous donnent l’impression d’être en vacances, créent une ambiance particulière au jardin… Pour autant, ces plantes ne sont pas réservées à nos amis sudistes. Il est tout à fait possible de faire pousser des plantes méditerranéennes dans notre belle région, à condition de privilégier certains végétaux et de suivre certains conseils !

Jardin Mediterranéen

Quelles plantes privilégier ?

• Les plantes aromatiques comme le thym ou le romarin donneront du pep’s au jardin et à vos plats ! Résistants au froid, vous pouvez tout à fait les inclure dans votre jardin ou les cultiver en balcon.

• En plus d’être esthétiques, les graminées sont également résistantes au froid !

• Certains arbres fruitiers comme la vigne ou le figuier, à condition de choisir des variétés adaptées : Ficus carica « Brunswick », Ficus carica « dorée »… Attention, le figuier n’appréciera pas les chutes de températures au-delà de -15°C.

• Les palmiers, en particulier les Trachycarpus Fortunei qui s’adaptent bien à notre climat.

Trachycarpus Fortunei - Déco du Jardin

• Les cyprès donnent une ambiance provençale unique à vos extérieurs, à condition d’utiliser des variétés résistantes.

La lavande : c’est le symbole du sud ! Sa jolie couleur et son parfum si particulier enivrent le jardin tout en résistant très bien aux températures plus froides.

Déco du Jardin - Lavande

Les agrumes : citronniers, orangers, mandariniers… à cultiver en pot, ils aiment hiberner en intérieur à l’arrivée des premières gelées.

L’olivier : à planter au printemps dans un lieu bien exposé au soleil et abrité du vent. Veillez à ce que le sol soit bien drainé, voire caillouteux. À arroser régulièrement en été les premières années.

L’eucalyptus (variétés Paucifera Niphophila ou Paucifera Debeuzevillei qui peuvent résister jusqu’à -20°C), à condition de bien le nourrir et de ne pas le planter dans une terre trop calcaire.

Quelques conseils…

Il est donc important de bien sélectionner les variétés les plus résistantes des végétaux que vous désirez faire pousser.
Attention, les plantes méditerranéennes s’épanouissent dans un sol bien drainé (Il est possible de surélever les massifs pour améliorer le drainage) et dans un environnement plein soleil. Certaines espèces comme les agrumes aiment l’engrais. En revanche, tenez les plantes aromatiques à distance car cela pourrait les fragiliser.

Si vous possédez un palmier, n’hésitez pas à le protéger lorsque les températures chutent beaucoup, en utilisant un voile d’hivernage.

Les Serres

Serre

La serre est un vrai atout pour le jardinier : en plus d’offrir de la chaleur à ses plants, elle leur garantit une protection. Pouvoir cultiver son potager toute l’année, c’est le rêve de tout jardinier ! Et c’est bien là l’avantage d’utiliser une serre.

A quoi ça serre ?

En tant que jardiniers, nous avons tous déjà été confrontés aux changements climatiques brutaux et sommes parfois dans l’incapacité d’y faire face. C’est ici que la serre vient jouer un rôle crucial : elle permet de protéger votre jardin et de mieux gérer vos cultures grâce au climat constant, généré par le réfléchissement des rayons du soleil via les panneaux transparents.
Une serre vous permet de cultiver votre jardin toute l’année, mais également de faire pousser ce que vous voulez grâce aux modèles équipés d’un système de chauffage.

Comment faire le bon choix ?

Qu’elle soit en mini tunnel ou maraichère, chaque serre a ses spécificités et son utilité.
Si votre désir est de protéger seulement une route de légumes ou une petite parcelle de fleurs des intempéries, vous pouvez opter pour les minis tunnels.
Si vous désirez posséder un jardin ou un potager entièrement sous serre, il faut dans ce cas opter pour une serre maraichère.

Attention à bien choisir le type de matériaux utilisé dans la constitution de la serre. Privilégiez une armature en fer pour plus de résistance, et des vitres en verre pour une meilleure pénétration des rayons du soleil. Des matériaux comme le polycarbonate peuvent également faire l’affaire : ce dernier apporte une opacité équivalente à celle du verre et une meilleure résistance en dépit d’une bonne pénétration.

Comment installer sa serre ?

Il faut tout d’abord l’orienter correctement, en fonction du type de culture et de la saison. Voici un petit tableau récapitulatif :

 

USAGES

ORIENTATION

Culture légumière de l’été à l’automne

Orientation nord-sud

Culture légumière de l’hiver au printemps

Hivernage de plantes

Entrée de la serre au sud

Les deux plus grandes faces à l’ouest et à l’est

Hivernage et culture potagère dans les régions froides

Les faces les plus grandes au sud et au nord

Les pignons à l’est et à l’ouest

Hivernage et culture potagère dans une serre adossée au mur d’une maison

Entrée au sud

 

N’hésitez pas à protéger votre serre du vent pour éviter de trop la refroidir, mais également pour prévenir la casse éventuelle si vous possédez une serre en verre.

L’une des clés de la réussite d’une culture en serre est d’aérer une fois par jour afin de renouveler l’air pour qu’il ne fasse pas trop chaud. Cela permet aussi de réguler le taux d’humidité pour éviter les moisissures.

A vous de jouer !

Il serait donc dommage de se priver d’une opportunité d’avoir un jardin tout le long de l’année ! Envie de vous lancer ? Chez Déco du Jardin, nous vous proposons plusieurs modèles de serres afin que vous puissiez trouver votre bonheur !

 

Les Nordmann

Noël approche à grand pas : c’est bientôt le moment de choisir son sapin. Si comme la majorité des français vous préférez opter pour un sapin naturel cette année, choisissez le Nordmann ! On vous explique pourquoi depuis quelques années, ce sapin est devenu le héros de Noël… Continuer la lecture de « Les Nordmann »